Ce site web porte le label AnySurfer, une marque de qualité belge pour les sites accessibles.

Vous trouverez plus d'information sur www.anysurfer.be.

Le dernier jour

print

Pierre Alechinsky
Bruxelles 1927
1964
Huile sur toile
306 x 506 x 8 cm
Numéro d'inventaire 3039

Un monde étrange, tout en animaux bizarres et en méandres. On y reconnaît des canards, des serpents, des hiboux, des poissons. Dans Le dernier jour, le peintre et artiste graphique belge Pierre Alechinsky y fait rimer les éléments abstraits avec des figures reconnaissables. Cette démarche s'inscrit dans l'esprit de CoBrA, un mouvement artistique qui a vu le jour à Copenhague, Bruxelles et Amsterdam en 1948. Les artistes CoBrA se sont distanciés des débats sur l'opposition entre l'art abstrait et l'art figuratif, se targuant de pouvoir aisément faire fusionner les deux. Alechinsky a développé cette vision tout au long de sa carrière. Avec le temps, ses formes sont devenues plus impétueuses, ses couleurs plus riches, son imagination plus débridée.

Une ode à Ensor 

En 1968, Le dernier jour pend aux cimaises de Contrastes 47/67, la première exposition d'art contemporain organisée par le KMSKA. Plus tard, elle recevra une place dans la collection permanente du musée. Le bruit court qu'avec cette œuvre monumentale de 3 mètres sur 5, Alechinsky voulait rivaliser avec L'entrée du Christ à Bruxelles de James Ensor, qui faisait partie de la même collection et ne mesurait 'que' 2,5 mètres sur 4,5. Les deux œuvres rivalisent aussi sur le plan de la densité du sujet, qui occupe toute la toile. Il est vrai qu'Alechinsky était un grand admirateur d'Ensor. Le dernier jour est en quelque sorte une ode monumentale au maître ostendais.

Retournez à la liste

share

Services administratifs

Lange Kievitstraat 111-113 bus 100, B-2018 Antwerpen

T +32 (0)3 224 95 50