Ce site web porte le label AnySurfer, une marque de qualité belge pour les sites accessibles.

Vous trouverez plus d'information sur www.anysurfer.be.

Sainte Marie Madeleine

print

Quinten Metsijs
Louvain 1456/ 1466 - Anvers 1530
Huile sur bois
45 x 29 cm
Numéro d'inventaire 243

Rares sont les peintres qui ont acquis la réputation de Quinten Metsijs. Les mythes qui l'entourent abondent, le peu d'informations sur son apprentissage ajoutant aux spéculations à son sujet. Avant 1512, il était à la tête d'un atelier et peignait surtout des retables. Plus tard, il leur préféra des œuvres plus petites et intimistes. C'est le cas de cette Sainte Marie Madeleine qu'il a représentée sous un portique ouvert. L'environnement dans lequel il l'a peinte et les riches atours dont il l'a parée renouent avec la 'Légende dorée', selon laquelle Marie Madeleine était de sang royal et vivait dans l'opulence. Ce postulat, qui rendait les possessions de ce monde acceptables, était d’un grand réconfort pour la bourgeoisie d’Anvers et donnait de l'espoir à tous les pécheurs, puisque Marie Madeleine avait elle-même vécu dans le péché. Jusqu'au jour où elle avait rencontré le Christ, lui avait lavé les pieds de ses larmes, les avait séchés avec ses cheveux et oints de parfums précieux. Contrairement à la tradition, Metsijs ne représente pas Marie Madeleine sous les traits d'une pécheresse, mais d'une mondaine élégante. Se repentant, elle tourne le dos aux vanités de ce monde et ouvre le vase de parfum qui est devenu son attribut.

L'influence italienne

Pour ce tableau, Metsijs s'est inspiré des nombreux exemples de la peinture Renaissance italienne disponibles à son époque. Cette influence est tangible dans l'ensemble dans l'œuvre, des vêtements de la sainte à l'architecture en perspective à l'arrière-plan.

Retournez à la liste

share

Services administratifs

Lange Kievitstraat 111-113 bus 100, B-2018 Antwerpen

T +32 (0)3 224 95 50