Ce site web porte le label AnySurfer, une marque de qualité belge pour les sites accessibles.

Vous trouverez plus d'information sur www.anysurfer.be.

Le sphinx parisien

print

Alfred Stevens
Bruxelles 1823 - Paris 1906
1867
Huile sur toile
72 x 53 cm
Numéro d'inventaire 1373

Lors de ses débuts à Paris, le jeune artiste bruxellois Alfred Stevens peint des œuvres réalistes, empreintes de connotations sociales. En 1855, il change de registre en s'inspirant de la vie des bourgeoises de l'époque. Il devient le peintre chroniqueur des demi-mondaines, ces jeunes femmes qui se faisaient entretenir par de riches amants. Il s'agissait d'un sujet révolutionnaire car jusqu'alors, dans l'art pictural, les femmes avaient été essentiellement représentées dans la peau de personnages mythologiques ou historiques. Stevens est le premier à peindre la femme comme un objet précieux dans un décor à l'avenant.
Le sphinx parisien est le portrait d'une femme énigmatique qui se différencie de celles que Stevens peignait d'habitude. Représentée de face, le doigt sous le menton, elle regarde devant elle, en direction du spectateur. Elle se découpe sur un fond brun, neutre. Il n'y a pas la moindre trace d'un attribut quelconque. Qui est cette femme et quels secrets cache-t-elle? Nous l'ignorons jusqu'à présent.

Trio

De ce Sphinx parisien qui est au KMSKA, Stevens a peint au moins deux autres versions. L'une fait partie d'une collection privée américaine. L'autre peut être admirée au Clark Art Institute dans l'état américain du Massachusetts. Elle est en quelque sorte la jumelle hivernale de cette variante estivale anversoise.

Retournez à la liste

share

Services administratifs

Lange Kievitstraat 111-113 bus 100, B-2018 Antwerpen

T +32 (0)3 224 95 50