Ce site web porte le label AnySurfer, une marque de qualité belge pour les sites accessibles.

Vous trouverez plus d'information sur www.anysurfer.be.

Scaldis et Antverpia

print

Abraham Janssens
Anvers 1575 - Anvers 1632
1609
Huile sur panneau
174 x 308 cm
Numéro d’inventaire 212

Au début du XVIIe siècle, Abraham Janssens se vit passer commande d'un tableau destiné à décorer la cheminée de la Salle du Conseil de l'hôtel de ville d'Anvers. C'est là que devaient se dérouler les négociations de paix entre les représentants des Provinces Unies et des Pays-Bas espagnols. Avec cette œuvre, le Conseil municipal entendait inciter les négociateurs à rouvrir l'Escaut à la navigation fluviale, une condition indispensable à la prospérité de la ville. Le tableau représente l'ancienne divinité du fleuve, Scaldis, s'appuyant du coude sur une cruche grecque ou amphore, de laquelle jaillit l'eau de l'Escaut. Il tend une corne d'abondance à la vierge urbaine Antverpia. Pour la composition de Scaldis et Antverpia, Janssens s'est inspiré de la Création d'Adam, la fresque mondialement connue que Michel-Ange a peinte sur la voûte de la chapelle Sixtine. Les personnages sont massifs et robustes. La lumière vive jette des ombres noires. Les fruits et les légumes qui jaillissent de la corne évoquent les traits d'un visage.

Duel de peintres

Ce tableau faisait face à une peinture de cet autre grand artiste anversois qu'était Peter Paul Rubens. La colossale Adoration des mages semblait engager la confrontation avec ce sommet de l'œuvre de Janssens. Comme si les peintres s'affrontaient en duel dans la Salle du Conseil. Un combat inégal. Alors que Scaldis et Antverpia marquait déjà l'apogée de la carrière de Janssens, Rubens se situait, avec l'em>Adoration, au début d'une œuvre qui allait bouleverser la vie artistique à Anvers.

Retournez à la liste

share

Services administratifs

Lange Kievitstraat 111-113 bus 100, B-2018 Antwerpen

T +32 (0)3 224 95 50