Tous les chefs-d'œuvre

Jacopo Pesaro, évêque de Paphos, présenté à saint Pierre par le pape Alexandre VI

Titien
  • Numéro d'inventaire 357
  • Date (1503 - 1510)
  • Dimensions 145 × 185 cm
  • Matériel Huile sur toile
En savoir plus
Schilderij Jacopo Pesaro, bisschop van Paphos, door paus Alexander VI Borgia voorgesteld aan de heilige Petrus van Titiaan

Titien et Jacopo Pesaro

Jacopo Pesaro a mené à bien sa mission. Il emporte en 1502 l’île de Santa Maura contre les Turcs. Il a gagné sa place au paradis. Tel est l’épisode que narre Le Titien sur cette toile. Pesaro, évêque et commandant de la flotte papale, s’agenouille devant Pierre après sa victoire. Le pape Alexandre VI bénit le conquérant, la main sur sa tête. L’étendard de Pesaro arbore deux blasons : le sien et celui du pape. Celui-ci le recommande aux bons soins de Pierre pour son exploit. Les clés du paradis sont à ses pieds, à portée de main. Le casque et les galères en toile de fond rappellent le combat récemment mené.

Protégé par l’amour de Dieu

Le relief sur le socle représente Cupidon, pointant la flèche de l’amour divin sur Minerve, à droite. Elle incarne la victoire, la paix et la vertu. Cupidon se détourne des hommes aux raisins et du couple, symbole de l’amour terrestre et charnel. En d’autres morts : Pesaro doit sa victoire à son amour de Dieu.

Triomphe pour Pesaro

Pesaro était évêque de Paphos, l’actuelle Chypre, et commandant de la flotte papale. Il fait éterniser dans cette œuvre sa conquête militaire de Santa Maura. La composition est du peintre Giovanni Bellini, un artiste majeur à Venise. Le Titien en exécute une version plus élaborée, caractérisée par une palette typiquement vénitienne et une technique de haute volée. C’est une des premières œuvres du peintre italien ; elle est toutefois particulièrement caractéristique du style et du mode de travail d’un génie en devenir.

Postérité assurée pour Pesaro grâce au Titien

En dépit de sa teneur religieuse, cette œuvre n’a pas de fonction cléricale. Il s’agit d’une peinture votive, du souvenir d’une victoire navale, d’un remerciement pour la sainte protection du pape Alexandre VI. Pesaro a également le souci d’entrer dans la postérité. Y a t-il vu un retable ? il a en effet commandé un retable au Titien en 1519. Jacopo Pesaro, évêque de Paphos, présenté à saint Pierre par le pape Alexandre VI peut donc être vu comme un avant-goût de ce retable.

Le Titien: un peintre vénitien à Anvers

Le Titien était un des grands maîtres de la Renaissance italienne. Il exerça une très grande influence sur ses contemporains, mais aussi sur des artistes flamands postérieurs comme Rubens et Van Dyck. Le Titien jouissait au seizième siècle d’une telle renommée que ses œuvres figuraient un peu partout en Europe. Ses tableaux profanes, pour la plupart de sublimes portraits, étaient très appréciés de la noblesse et la bourgeoisie. Ses premières toiles religieuses firent de lui une véritable vedette. Le Musée Royal des Beaux-Arts a donc fait ici l’acquisition d’une pièce maîtresse. C’est d’ailleurs la seule œuvre du Titien en Belgique.

En savoir plus