Tous les chefs-d'œuvre

Sainte Agnès et sainte Dorothée

Michaelina Wautier
  • Numéro d'inventaire 599
  • Date 17e siècle
  • Dimensions 90 × 122 cm
  • Matériel Huile sur panneau
En savoir plus
Schilderij Twee meisjes als de heiligen Agnes en Dorothea van Michaelina Wautier

Sainte Agnès et sainte Dorothée

Ce portrait d’enfants est riche en symbolique. Les jeunes filles incarnent les deux martyres Agnès et Dorothée tuées pour leur foi. À treize ans, la jeune Romaine Agnès se convertit et se ‘fiance’ avec le Christ. Elle caresse un agneau sur le tableau. Elle serait en effet réapparue après sa mort... avec un agneau. Dorothée, à droite, tire une fleur d’un panier. Elle aussi refusa une demande en mariage, celle d’un gouverneur romain. Sur le chemin de l’exécution, un homme lui cria qu’il se convertirait lui aussi si le céleste fiancé de Dorothée lui offrait des fruits et des fleurs. Miracle : un jour, en plein hiver, un enfant lui apporta un panier de roses et de fruits.

Wautier : artiste du renouveau

Les deux enfants sont probablement sœurs. Wautier les a peintes grandeur nature dans des couleurs fortes. Agnès porte une robe rose retombant en plis souples et resserrée à la taille par une corde. Un grand châle couvre ses bras. La robe noire de Dorothée a une large encolure carrée. Ses manches sont retenues par un bijou. Sa chevelure est élégamment relevée et elle porte un collier et des bracelets de perles. Les deux jeune filles ont les yeux modestement baissés. C’est quelque chose de très nouveau pour le 17e siècle, car à l’époque les modèles fixaient généralement le spectateur ou échangeaient des regards avec les autres personnes de la scène.

Wautier et le portrait historié

Le portrait historié désigne le portrait d’adultes ou d’enfants en personnage historique ou allégorique. Les peintres puisaient généralement leurs sujets dans la Bible ou l’Antiquité. Les saints non bibliques comme des deux jeunes martyres étaient tout aussi populaires et permettaient en outre aux enfants de s’y identifier. En effet, quel meilleur exemple à donner à une jeune fille du dix-septième siècle pour des parents soucieux de sa chasteté ?

Grande dame du baroque

Se distinguer comme artiste pour une femme au 17e siècle était pratiquement impossible. Les femmes peintres étaient très rares. Michaelina Wautier fait donc figure d’exception. Elle jouit d’une belle renommée de son vivant. Son nom figure même dans l’inventaire de la collection d’art de l’archiduc habsbourgeois Léopold-Guillaume. Elle le méritait largement car son talent était exceptionnel et elle n’avait rien à envier aux peintres contemporains comme Rubens. Son œuvre tomba toutefois dans l’oubli. On connaît à ce jour une trentaine d’œuvres de cette artiste presque entièrement oubliée et toutes témoignent d’une technique picturale parfaitement maîtrisée.

Mystérieuse Michaelina

La toile Sainte Agnès et sainte Dorothée est restée longtemps anonyme. Ce n’est que ce siècle qu’elle a été attribuée à Wautier. Mais qui était cette mystérieuse femme peintre ? On ne sait pratiquement rien de sa vie. Il reste heureusement ses œuvres, variées et uniques. Son style est poétique, le trait parfois assuré, parfois hésitant, mais toujours emphatique. Portraits, scènes historiques, thèmes religieux, récits mythologiques, compositions florales … Michaelina Wautier maîtrisait tous les genres de son époque, en petit et en grand format.

En savoir plus