Tous les chefs-d'œuvre

La chute des anges rebelles

Frans Floris I
  • Numéro d'inventaire 112
  • Date 1554
  • Dimensions 303 x 220 cm
  • Matériel Huile sur panneau
En savoir plus
Schilderij Val van de opstandige engelen van Frans Floris

La révolte des anges : guerre au Ciel

Ce vertigineux tableau de Frans Floris vous plonge dans le combat biblique entre le Bien et le Mal. Quel enchevêtrement de bras, de jambes, d’ailes et de queues ! Les anges de Dieu menés par l’Archange Michel dominent la mêlée et font cause commune pour chasser du Ciel les anges et démons infidèles. Les esprits déchus sont identifiables à leurs traits tordus et bestiaux. Ongles crochus, sexes à tête d’aigle, mains crispées, une tête de sanglier, un bouc grimaçant… L’archange Michel foule au pied un dragon rouge aux sept têtes couronnées… Satan.

Anges rebelles : le goût du détail

Pectoraux et trapèzes, bassins et clavicules : Frans Floris a parfaitement étudié l’attache des muscles. Il introduit parmi les corps en bataille des détails subtils, comme la vierge de la vision de l’apôtre Jean. Elle se trouve dans une minuscule ouverture à gauche à proximité de la torche tenue par un ange déchu. Debout sur un croissant de lune, elle est drapée de soleil et couronnée de douze étoiles. Elle est directement menacée par le dragon, pendant que des anges sauvent son enfant et l’emmènent au Ciel. Un aigle lui donne deux ailes pour s’échapper dans le désert. Notez la mouche sur la droite. N’est-ce pas un symbole du Diable dans la Bible ?

Triptyque pour une guilde d’escrimeurs

La Chute des anges rebelles constitue le panneau central d’un triptyque. C’est l’œuvre la plus célèbre de Frans Floris. Il la réalisa à la demande de la guide anversoise des escrimeurs. Le retable était suspendu à la cathédrale Notre-Dame d’Anvers au-dessus de l’autel de leur guilde, une des milices chargées de la protection de la ville. Comme toute guilde ou corporation, celle des escrimeurs avait son saint patron : saint Michel.

Survie de la Chute des anges rebelles

Les panneaux latéraux du triptyque furent détruits pendant l’Iconoclastie de 1566. Seul le panneau central fut épargné. Il fut doté en 1670 d’un nouveau cadre, conçu par Artus Quellin le Jeune et Norbert van den Eynde selon les canons de l’époque. Les deux artistes décorèrent le portique de sculptures monumentales.

Influence de Michel-Ange, Raphaël et Dürer

Frans Floris est un romaniste, un artiste des Pays-Bas méridionaux de cette génération qui fit au 16e siècle le voyage en Italie. Floris s’imprégna de la Renaissance italienne en découvrant lors de son séjour à Rome les peintres Michel-Ange et Raphaël. La magistrale composition des corps grouillants montre des similitudes avec le Jugement Dernier que peignit Michel-Ange pour la Chapelle Sixtine. La femme et le dragon rappellent le langage visuel de l’artiste allemand Albrecht Dürer.

Chute des anges rebelles : Breughel

Pierre Breughel l’Ancien traita lui aussi le thème de la rébellion des anges. Sa toile de 1562 figure aujourd’hui aux Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique, à Bruxelles.

En savoir plus