Tous les chefs-d'œuvre

Nu assis

Amedeo Modigliani
  • Numéro d’inventaire 2060
  • Date (1917)
  • Dimensions 115 x 72 cm
  • Matériel huile sur toile
En savoir plus
Schilderij Zittend naakt van Amedeo Modigliani

Nu assis de Modigliani

Une jeune femme couvre ses cuisses d’un drap. Son corps tout en rondeurs est voluptueux. Un modèle totalement différent des autres femmes peintes par Modigliani. Elle conserve toutefois le visage ovale et stylisé, le cou fin et les yeux en amandes qui caractérise les figures féminines du flamboyant peintre italien.

Assis ou allongé

Si les nus allongés de Modigliani sont presque lascifs, les modèles assis ou debout témoignent de plus réserve, presque de naïveté. Les femmes de Modigliani sont jeunes, fragiles. Elles couvrent leur nudité de la main ou d’un drap et se protègent des regards indiscrets. C’est le cas de ce Nu assis, un des plus beaux portraits de femme produits par le peintre italien. Qui est cette femme ? Peut-être un modèle professionnel. Modigliani y avait souvent recours.

Une fin tragique

Les grands génies meurent souvent prématurément. Ce fut aussi le cas d’Amedeo Modigliani. Il succomba à la tuberculose et aux excès de drogue et d’alcool ; il n’avait que 36 ans. Jeanne Hébuterne, mère de leur enfant et près d’accoucher de leur deuxième, se jeta par la fenêtre le jour suivant. Modigliani l’aurait convaincue de mettre fin à ses jours pour garder pour l’éternité son modèle préféré.

Une palette sensuelle

Le nom de Modigliani évoque immédiatement des lignes gracieuses et des formes stylisées. Le trait est pour lui à la fois le moyen et la fin, elle donne vie aux formes. Sa palette douce et sensuelle est tout aussi caractéristique. La peau orangée de ce Nu assis semble l’illuminer. Le fond de toile et le tapis sont en contraste dans des tons plus sombres de cuivre.

Le Bateau-Lavoir et Picasso

Amedeo Modigliani le peintre est sans cesse en quête de la femme idéale. Il quitte son pays en 1906 et monte à Paris, où il poursuit sa chimère. Il fréquente les artistes d’avant-garde du Bateau-Lavoir, un immeuble d’ateliers de Montmartre où travaille aussi Picasso. A Montmartre encore, Modigliani rencontre le marchand d’art Leopold Zborowski. A partir de 1917, Modigliani va peindre à sa demande une trentaine de nus, dont ce Nu assis.

Peintre parisien bohémien et grand séducteur

Modigliani était un grand séducteur aux allures aristocratiques, un dandy en costume de velours, cape noire et écharpe de soie rouge. Il était selon Picasso le seul artiste de Paris qui savait s’habiller. Toutes les femmes étaient à ses pieds. Modigliani n’aimait pas beaucoup exposer. Il consentit à une seule exposition solo de ses toiles. Il préférait donner ses toiles à ses petites amies, ou les échanger pour un bon repas au restaurant. Il mourut dans la misère. Sa renommée ne fit que grandir après sa mort. Neufs livres, une pièce de théâtre, un documentaire et trois films lui ont été consacrés, et ses toiles sont parmi les plus chères au monde.

En savoir plus