Tous les chefs-d'œuvre

Les enfants fredonnent la chanson du père

Jacques Jordaens
  • Numéro d'inventaire 677
  • Date 1638
  • Dimensions 118 × 189 cm
  • Matériel huile sur toile
En savoir plus
Schilderij Zoals de ouden zongen, piepen de jongen van Jacob Jordaens

Concert familial

Jordaens donne le meilleur de lui-même sur cette charmante toile. Une mère rayonnante de joie est assise parmi les membres de sa famille qui chantent et font de la musique. Le grand-père donne la mesure, son livre de chants à la main. À droite, la grand-mère chausse ses lunette pour suivre les paroles de la chanson. Le père tient une cornemuse sous le bras et souffle dans son instrument à pleins poumons. Même les plus petits sont de la partie : le bébé aux joues roses assis sur les genoux de sa mère souffle dans le pipeau de son hochet, tandis que son grand frère tire des sons de sa flûte traversière. Même le chien dresse l’oreille et se laisse porter par la musique. À moins qu’il ait reniflé quelque chose de bon sur la table ?

Un autoportrait de Jordaens ?

Jordaens s’est-il inspiré de son entourage immédiat pour cette toile ? Très probablement. Le vieillard ressemble beaucoup à Adam van Noort, maître en peinture et beau-père de Jordaens. On a moins de certitude quant aux autres personnages. Le joueur de cornemuse pourrait être Jordaens en personne selon certains, même s’il n’a pas la même apparence sur d’autres autoportraits.

Un tableau à dicton

‘Les enfants fredonnent la chanson du père’ est en fait un vieux dicton : les parents donnent le bon exemple, les enfants les imitent. Le peintre baroque anversois Jacques Jordaens affectionnait particulièrement ce dicton, qui lui inspira plusieurs toiles au long de sa longue carrière. Cette toile de 1638 en est la plus ancienne version. L’exemple que les parents donne ici à leurs enfants est celui du chant et de la musique.

De fines nuances

Cette toile a une immense valeur artistique. Les nuances subtiles de lumière et de couleurs en particulier témoignent d’une main assurée. Jordaens utilise dans ses premières œuvres des formes plus dures, des contrastes plus marqués de lumière. Les formes et les contrastes prennent ici un caractère plus doux. Les personnages réunis dans la pièce peu profonde forment un ensemble harmonieux. On possède encore quelques-uns des dessins préparatoires qu’a faits Jordaens pour plusieurs d’entre eux.

Pièces de genre baroques

Cette scène populaire est un tableau de genre, un tableau de la vie quotidienne. Les fondations de la peinture de genre ont été posés au 16e siècle, mais elle était encore très populaire au 17e. Certainement auprès de la bonne bourgeoisie, qui commençait à prendre une place importante dans la vie culturelle aux côtés de l’Église et la noblesse. Les scènes conviviales au message moralisateur étaient particulièrement en vogue à l’époque. Ce petit concert familial devait donc être tout à fait du goût des contemporains de Jordaens.

Jordaens, l’école anversoise

Jacques Jordaens est avec Pierre Paul Rubens et Antoine van Dyck le troisième grand maître du baroque anversois. Il a laissé une quantité considérable de toiles. Il peignait pour la bourgeoisie argentée et les potentats religieux et laïcs. Il se fit en outre confier d’importantes commandes dans les cercles royaux et aristocratiques et jouissait de son vivant d’une renommée internationale.

En savoir plus