Les façades du musée sont ornées par d’impressionnantes statues du XIXe siècle. Quand et comment sont-elles arrivées ici ? Qui ou que représentent-elles ? Les statues révèlent leurs secrets.

Lorsque le musée ouvrit ses portes en 1890, les façades étaient nues, dépourvues de décoration. La totalité de l’ensemble sculptural était encore à réaliser. Durant la période 1891-1896, 22 sculpteurs réalisèrent des frises, des bustes, des médaillons et d’autres statues pour lesquels les architectes Jean Jacques Winders et Frans Van Dijk avaient précisé chaque détail à l’avance : les dimensions, les types de pierre, les profils,...

Postkaart van het museumgebouw
Extrait des archives Le musée avant la pose des deux pans au toit en 1905.

Artistes célèbres

Les quatre statues monumentales de femmes qui se dressent sur la façade au-dessus de la corniche, représentent les principales disciplines artistiques: l'architecture, la peinture, la sculpture et le dessin. Elles sont flanquées de sept médaillons portant les bustes de sept illustres artistes qui pratiquaient ces disciplines, comme Van Eyck, Rubens et Massys.

Medaillon met borstbeeld van Rubens en vrouwenbuste die kunstdiscipline voorstelt
En détail A gauche : médaillon avec buste de Rubens. A droite : personnage féminin représentant la discipline artistique. Photos: Karin Borghouts

Le balcon (ou la loggia) supporte, sur fond rouge, neuf bustes d’autres artistes de renom tels que Michel-Ange, Raphaël, Velázquez et Rembrandt. Au sommet de la façade, trônent les attelages en paire avec les célèbres chevaux du sculpteur Thomas Vinçotte qui furent mis en place seulement en 1905.

Socles vides

Il était prévu que les piédestaux élevés devant la façade principale servaient à recevoir deux statues, conçues par les sculpteurs Mignon et Fabri. En fin de compte, seul une statue, celle de Léon Mignon, fut approuvée et achevée. Elle fut, en revanche, plus tard déplacée dans l’arrière-cour. Ceci explique pourquoi les deux piédestaux, qui flanquent l'escalier d'entrée, sont inutilement hauts et vides depuis 1890. Pas plus tard qu'en 1896, les architectes demandèrent à la direction du musée de les abaisser. En vain.

Ontwerp van een beeld voor de sokkel aan de voorgevel van het museum
Extrait des archives Il y a eu beaucoup d’hésitation à propos des statues sur les piédestaux de la façade. Conception de Frans Van Dijk.

Femmes allégoriques

Sur les deux murs latéraux, entre les fenêtres aux arcs en plein cintre, se dressent des femmes allégoriques représentant des périodes de l'histoire de l'art : de l'art égyptien, grec et romain, en passant par l'art arabe et byzantin, jusqu'à l'art gothique, flamand et contemporain. Au sommet, les corniches furent ornées de frises à guirlandes. Enfin, la façade arrière présente une grande porte, des demi-colonnes d'ordre ionique et le blason de la ville.

 

L'ensemble de ce projet, avec ses dizaines de statues, répondait aux revendications calibrées du XIXe siècle : Il fut destiné à faire rayonner la gloire du passé artistique. Et le but fut atteint, avec classe.

Allegorische vrouwen stellen periodes in de kunstgeschiedenis voor
En détail Des femmes allégoriques représentant des périodes de l'histoire de l'art. Photos: Karin Borghouts

Ce texte est une version abrégée d'un article de Leen De Jong paru précédemment dans ZAAL Z.