Het Zesde Metaal a sorti un nouvel album : Meesters. Le groupe s’est inspiré de six toiles dans la collection du KMSKA. De l’image à la musique, le processus de création nous est expliqué par le chanteur Wannes Cappelle.

Wannes Cappelle est la voix de Het Zesde Metaal, l’auteur du classique flamand Ploegsteert, le coscénariste de la série télévisée sur Canvas Bevergem et maintenant artiste en résidence au KMSKA. Wannes est connu pour ses inventions poétiques et la désarmante honnêteté de son interprétation.

Wannes Cappelle, de frontman van Het Zesde Metaal
Wannes Cappelle, chanteur de Het Zesde Metaal Phto: Jesse Willems

Aviez-vous déjà une idée en tête quand on vous a proposé cette résidence au musée ?

Cappelle : “Non, je n’avais pas vraiment d’idée précise, mais je suis toujours ouvert aux propositions. Je sais alors qu’il en sortira quelque chose auquel je n’aurai pas nécessairement pensé sans y être invité. En fait, nous essayons toujours entre deux albums de participer à un projet qui nous donne l’occasion de nous ressourcer. Cette résidence est donc venue au bon moment.”

Peu fréquentable

Vous avez choisi pour Meesters six œuvres dont vous avez tiré une chanson. Vous pouvez nous en dire un peu plus sur le processus de création ?

Cappelle : “Robin (Aerts, bassiste et co-compositeur de Het Zesde Metaal, ndlr.) et moi, nous sommes plutôt des conteurs. C’est donc l’histoire derrière la toile qui nous intéressait avant tout. Nous avions choisi la Madone de Fouquet parce qu’on nous avait dit qu’elle appartenait à un diptyque dont les volets avaient été séparés pendant très longtemps et étaient à nouveau réunis pour une exposition à Berlin. L’histoire nous a beaucoup plu et c’est devenu notre angle d’approche. Mais plus nous nous informions à propos de cette œuvre, plus nous nous sommes intéressés à l’histoire du commanditaire, Etienne Chevalier, le trésorier du roi de France Charles VII. Il commande son propre portrait alors qu’il conjure la Sainte Vierge de prier pour son épouse qui vient de mourir.”

Zaalzicht van de Melundiptiek
Le diptyque de Melun de Jean Fouquet

Exceptionnellement réunis à Berlin à l’automne 2017

“Je ne pouvais pas m’empêcher de penser que de tous les personnages du diptyque, cet Etienne est vraiment le plus laid. Une figure vraiment peu sympathique. On dirait même que Fouquet ne le portait pas dans son cœur! Et puis, il y a cette madone, qui est en fait la maîtresse de Karel VII, Agnès Sorel, qui vient juste de mourir. J’imagine que le roi de France a dû trouver étrange cette image de sa maîtresse adorée par son trésorier. Je me suis alors mis dans la tête que Fouquet voulait dénoncer le caractère peu fréquentable de Chevalier sans en avoir l’air, comme le faisaient les sages de l’Antiquité avec les empereurs. Nous nous sommes dit alors : imagine que cet Etienne Chevalier nous demande d’écrire pour lui un chant consacré à la Vierge. Nous écririons un texte qui en apparence le flatte, mais qui met surtout en avant notre talent de compositeur, et cela même sans qu’il s’en aperçoive.”

"Nous essayons toujours entre deux albums de participer à un projet qui nous donne l’occasion de nous ressourcer."

Wannes Cappelle, Het Zesde Metaal

Maak mie nie af

Trois des six morceaux portent sur des saintes ? Elles vous fascinent tout particulièrement ?

Cappelle : “Ah oui, c’est drôle, je n’y avais même pas pensé. Si je dois donner une explication, c’est probablement le caractère narratif de cette œuvres qui m’attire. Le morceau Maak mie nie af sur la Sainte Barbara de Van Eyck est en fait très ambigu. Le tableau n’est pas achevé, c’est même à peine plus qu’une ébauche, mais il s’agit bel et bien d’une mise à mort, celle de la sainte par son propre père. Cette œuvre évoque pour moi la relation au père, un père abusif qui veut soumettre sa fille à sa volonté. La Madone de Jean Fouquet est naturellement une œuvre magnifique, mais là aussi, c’est surtout le contexte qui m’a fasciné. Nous avons choisi la Marie Madeleine de Quentin Metsijs parce que nous voulions utiliser la phrase de l’Ave Maria “Vous êtes bénie entre toutes les femmes”. Nous avons donc chercher un tableau qui colle à cette image. Le tableau a été dans ce cas plutôt une excuse pour écrire ce morceau.”(rit)

Schilderij Heilige Barbara van Nicomedië van Jan van Eyck
Source d’inspiration Sainte Barbara de Nicodème de Jan van Eyck a inspiré au groupe le morceau Maak mie nie af

Il y a encore sur l’album quatre morceaux instrumentaux sous l’appellation ‘maîtres inconnus’. Expliquez-nous pourquoi ?

Cappelle : “C’était une idée de Robin, pour élargir un peu la notion de ‘maître’. Chaque membre du groupe a écrit un morceau instrumental basé sur l’œuvre d’un maître inconnu. Ces morceaux ont pris leur place parmi les autres.”

Meesters a été produit dans le cadre du programme ‘Artists in Residence’ du KMSKA et avec le soutien du Décret des Arts flamand.

 

Cet article est une version condensée de l’interview de Wannes Cappelle parue dans le numéro de décembre du magazine du musée Zaal Z.