Tous les articles

Max Rooses : reconstruction d'une archive dispersée

En savoir plus
Portret van Max Rooses van Jan Hendrik Luyten
Portrait de Max Rooses Jan Hendrik Luyten, La maison Rubens

Max Rooses (1839-1914) est une figure importante de la scène culturelle flamande. Ses archives sont réparties dans plusieurs institutions, Le Rubenianum, la Letterenhuis, le Museum Plantin-Moretus et le KMSKA. Celles-ci unissent leurs forces pour reconstruire sous forme numérique les archives de Rooses.

Qui était Max Rooses?

Un homme de lettres, un critique, un journaliste et le premier conservateur du Musée Plantin-Moretus d'Anvers. Il fut le co-fondateur des journaux et magazines Het Volksbelang, De Vlaamse Gids et De Nieuwe Gazet. En tant que défenseur du Mouvement flamand, il devint président de l’organisation libérale Willemsfonds. Rooses siégea dans de nombreux comités et associations, marquant ainsi de son empreinte les évolutions culturelles et politiques de son époque.

Quelle était le lien entre Max Rooses et le KMSKA?

Rooses fut un connaisseur notoire de Rubens. Entre 1886 et 1892, il travailla à un catalogue en cinq volumes sur l'œuvre de Rubens : L’œuvre de P. P. Rubens : histoire et description de ses tableaux et dessins.

 

En 1900, il fit don au musée de plus de 700 estampes et photographies en rapport avec l'œuvre de Rubens. Rooses fut également membre du conseil d'administration d'Artibus Patriae, une association d'artistes et d'amateurs d'art qui acquit des œuvres pour la collection du musée. En 1880, le musée acheta le tableau Tempête sur la mer, dont il était alors propriétaire. 

 

Schilderij Storm op zee van Pieter Mullier I
Tempête sur la mer Pieter Mulier I, au temps de Rooses cette peinture a été attribuée à Van Ruisdael

Où se trouvent les archives de Max Rooses?

C'est précisément en raison de ses multiples activités que les archives sur support papier de Rooses sont réparties entre diverses institutions anversoises : le Rubenianum, la Letterenhuis, le Musée Plantin-Moretus et le KMSKA.

 

En 2020, il est prévu de répertorier la totalité de ces archives dispersées, et ce, dans le but d'accélérer l’enregistrement des collections numériques. Le Rubenianum assume la direction de cette opération en partenariat avec les trois autres dépôts d’archives et l'Archiefbank Vlaanderen

Comment cette reconstruction se fera-t-elle?

Les archives seront enregistrées de manière précise et uniforme. Pour cela, le contexte sera reconstitué. Une sélection de ces pièces sera numérisée et disponible sous forme de données ouvertes sur, entre autre, le site dams.antwerpen.be. Nous souhaitons en outre retrouver des pièces qui sont conservées dans d'autres collections.

 

Les résultats du projet seront présentés dans une exposition en ligne sur archiefbank.be, au moyen d'articles dans des revues spécialisées et en cinq volumes sur l'œuvre dans la banque de projets de FARO. 

 

L'accès global permet de rendre les archives de cette personnalité éminente accessibles à un public large et international et ouvre la voie à des recherches plus approfondies dans les domaines de l'histoire (de l'art), de la littérature, des sciences politiques et de la sociologie. 

 

Ce projet est réalisé grâce à une subvention du Gouvernement flamand.

 

Appel

Si vous avez des informations sur des archives liées à Rooses dans d'autres collections publiques ou privées, faites-le nous savoir ! Veuillez contacter Elise Gacoms, collaboratrice du projet.

J'en sais plus !