Tous les articles

Des fruits et légumes rayonnants

Restauration

Le marché aux légumes du XVIe siècle de Joachim Beuckelaer a souffert de maintes détériorations. La restauratrice Eva van Zuien nous dit tout sur les maux du tableau.

Cette interview a été publiée dans le numéro d’hiver de notre magazine ZAAL Z.



En savoir plus
Restaurator Eva van Zuien aan het werk

En 1567, Joachim Beuckelaer peint une de ses célèbres scènes de marché : Le marché aux légumes. Inspiré par son précepteur Pieter Aertsen, qui introduit le genre, Beuckelaer devient à son tour un maître des scènes de marché où sont représentées des figures proposant à la vente une abondance de victuailles. Celles-ci sont étalées au premier plan comme dans une nature-morte. L'œuvre a récemment fait l’objet d’une restauration complète.

Magazine gratuit

Soyez enrichi et lisez notre magazine gratuit ZAAL Z. Avec des interviews, des œuvres d'art et plus encore.

Abonnez-vous maintenant
Schilderij Groentemarkt van Joachim Beuckelaer
Le marché aux légumes Joachim Beuckelaer, KMSKA (après restauration)

Le tableau est entré dans la collection du KMSKA en 1950. La couche picturale était alors masquée sous une épaisse couche de vernis assombri et les couleurs vives de Beuckelaer étaient à peine perceptibles. L'examen préliminaire a montré la présence de nombreuses retouches et de surpeints anciens. Il y avait en outre une perte d'adhérence entre la couche picturale et la sous-couche. Afin d’assurer la pérennité de l'œuvre, une restauration s’imposait.

Dessiner, puis peindre

Nous avons d'abord allégé la couche de vernis. Ainsi, le tableau a retrouvé sa profondeur et les différentes tonalités de Beuckelaer réapparaissent elles aussi. Le contraste entre les couleurs saturées des victuailles au premier plan et la scène aux couleurs pastel à l'arrière-plan s’est accentué. La composition a gagné en profondeur. Ensuite, nous avons pu consolider les écailles soulevées. Grâce à l'étude de la couche picturale lors du traitement ainsi que la nouvelle documentation technique - sous forme d'images infrarouges et UV - nous avons une meilleure connaissance de la technique de l'artiste.

Detail van een het schilderij Groentemarkt van Joachim Beuckelaer
Dessin sous-jacent

À de nombreux endroits, le dessin sous-jacent est décelable à travers la couche picturale.

Comment procédait Beuckelaer ? Le panneau en chêne est composé de six planches horizontales revêtues d'une préparation à base de craie et d'une deuxième couche de préparation blanche. Sur cette sous-couche blanche, l'artiste réalisa de manière élaborée un dessin préparatoire qui servit de base à sa peinture. Il commença par un quadrillage lui permettant de transférer au grand format une petite étude préliminaire. Beuckelaer dessina en utilisant deux couleurs : noir et rouge. À de nombreux endroits, le dessin sous-jacent est décelable à travers la couche picturale.

Grâce aux rayons infrarouges, la partie noire du dessin sous-jacent a pu être mise en évidence de manière plus claire encore. Puis, pour construire sa peinture, l'artiste mit à profit une simple structure picturale composée de fines couches. Il accorda une grande attention à la représentation réaliste des victuailles. Les fruits et légumes sont représentés un par un dans leurs moindres détails et sont bien reconnaissables. Se récoltant à des moments différents, ils n’étaient pas disponibles en même temps. Beuckelaer prépara méticuleusement sa composition en se servant probablement d'études.

infrarood opname van een detail uit het schilderij Groentemarkt van Joachim Braeckeleer
Infrarouge Grâce aux rayons infrarouges, la partie noire du dessin sous-jacent a pu être mise en évidence de manière plus claire encore.

Visage lisible

Lors de la restauration il s’avéré qu’une partie des vêtements des personnages principaux fut repeinte relativement tôt après l’exécution de l'œuvre. L’analyse d'autres tableaux de Beuckelaer nous a appris que ceux-ci présentent des altérations de couleurs si bien que des parties, telles que les plis des drapés, ont perdu leur tridimensionnalité. Il est probable que dans cette œuvre, on a voulu « remodeler » assez tôt les zones altérées en peignant par-dessus. Les tests ont montré que ces anciens surpeints ne pouvaient pas être enlevés sans endommager la couche picturale sous-jacente. Nous avons donc décidé de les conserver.

Beuckelaer dessinait utilisant deux couleurs : noir et rouge. A de nombreux endroits, le dessin sous-jacent est perceptible à travers la couche picturale.

Eva van Zuien

L’allègement de vernis a été suivi par un important procédé de retouches au cours duquel nous avons fait une reprise d’usure et comblé les lacunes dans la surface picturale. En reliant les formes, la rupture de l’image a disparu permettant de retrouver tous les détails. Certaines parties  nécessitaient une subtile reconstruction, comme le visage de la jeune femme qui prend une place proéminente. Après avoir retiré les anciennes retouches, les usures ont fait apparaître la première ébauche sous-jacente de l'artiste. Le résultat était une image confuse autour de ses yeux, une partie importante de la composition. En appliquant des petits points aux endroits bien précis, son visage a retrouvé sa lisibilité.

Detail van een het schilderij Groentemarkt van Joachim Beuckelaer tijdens de restauratie
Retouches Après avoir retiré les anciennes retouches, les usures ont fait apparaître la première ébauche sous-jacente de l'artiste.

Métamorphose

Avant la restauration, Le marché aux légumes disposait d’un cadre doré qui n'était pas d'origine. Il était en mauvais état de conservation et, esthétiquement, il ne correspondait pas au tableau. L’encadreur Bart Welten a réalisé un nouveau cadre correspondant à l'époque : un cadre sombre aux bords dorés. Le tableau s'est ainsi totalement métamorphosé.

Het gerestaureerde schilderij Groentemarkt van Joachim Beuckelaer mét nieuwe lijst
Nouveau cadre Le tableau restauré avec son nouveau cadre

Lors de la réouverture, Le marché aux légumes restauré sera présenté pour la première fois. Avec l'Allégorie de la Prudence, également restaurée, nos visiteurs pourront à nouveau apprécier la fascinante technique picturale de Beuckelaer.

Ce projet de restauration a été possible grâce au soutien des joueurs de la Loterie Nationale. Le projet a été suivi par la Commission consultative du Patrimoine culturel mobilier de Flandre (Topstukkenraad).

Soutenir une restauration? Faire un don!

La Fondation Roi Baudouin coopère à la restauration des chefs-d'œuvre de la collection KMSKA. Les dons à partir de 40 euros par an à la Fondation donnent lieu à une réduction d'impôt de 45% sur le montant effectivement payé.

Faites un don en ligne